APPA'S 86 Association Pour la Protection des Abeilles

APPA'S 86   Association   Pour   la   Protection   des   Abeilles

A lire

 

 

Le guide du locavore : pour mieux consommer local 

Paru le 1er avril 2010 - Editeur  Eyrolles,  


Anne-Sophie Novel : 

Docteure en économie, Anne-Sophie est passionnée par les médias et l’innovation sociale. Elle créé Ecoloinfo.com en mai 2007 afin de faciliter l’accès à l’information écologique. Elle travaille comme journaliste spécialisée dans le développement durable et l’économie collaborative – thèmes sur lesquels elle a publié plusieurs ouvrages.

Débat sur le phénomène de ceux qui ont décidé de ne consommer que des produits locaux. Explique les enjeux liés aux modes de consommation et d'alimentation et comment adopter des réflexes d'achats qui favorisent les produits locaux.
Le guide pour mieux consommer local
Comment...
- retrouver par votre alimentation un lien à la terre, au réel, au vrai ?
- prendre conscience, lorsque vous consommez, des émissions de CO2 que génèrent production et transport, de l'usage des pesticides, de l'eau virtuelle, des conditions de travail, de l'exploitation des animaux... ?
- remettre l'humain et l'environnement au coeur de  vos habitudes de consommation ?

En bref, comment contribuer à sauver la planète en modifiant votre alimentation et vos modes de consommation en devenant locavore ?
Locavore... Cela ne vous dit rien ? Terme encore peu répandu dans le monde francophone, il incarne déjà chez nos voisins anglo-saxons une véritable révolution !

L'idée originale consiste à ne s'alimenter qu'avec des aliments produits dans un périmètre local de 200 km maximum.
Goûter la différence, préserver la (bio)diversité, se reconnecter avec les saisons, découvrir de nouvelles saveurs, redécouvrir son territoire, soutenir les petites exploitations et de bonnes conditions de travail, investir dans l'économie locale, être en bonne santé et sauver la planète... Cet ouvrage complet regorge d'informations pratiques et vous guide sur le chemin du locavorisme. Vous allez bientôt comprendre pourquoi vos achats déterminent nos choix futurs !

 

 

 

Cessons de tuer la terre

pour nourrir l'homme ! :

pour en finir avec les pesticides

Jean-Marie Pelt

Le «Grenelle de l'environnement» a prévu de réduire de moitié l'utilisation de pesticides à l'horizon 2018. Maintes questions se posent en effet depuis des années sur leurs effets sur la santé au sujet desquels les inquiétudes se confirment. Il est aussi tout à fait probable que la disparition des abeilles dans maintes régions est due à leur emploi intensif. Aussi doit-on envisager dès à présent le remplacement de ces produits, que ce soit dans les vastes exploitations agricoles, dans les jardins des «rurbains» ou dans ces cultures miniatures qui agrémentent les balcons et terrasses des citadins. De nouvelles stratégies se dessinent, menées par l'agriculture et le jardinage bio, mais pas seulement. Au lieu de lutter contre les agents pathogènes par des produits dont le nom se termine en -cide, on préférera stimuler les défenses naturelles des végétaux, utiliser des composants peu ou pas nocifs, avoir recours à des plantes qui «dépolluent» les sols, voire ouvrir des voies absolument nouvelles et étonnantes.

Botaniste et fervent écologiste avant l'heure, Jean-Marie Pelt fait ici le point sur l'ensemble de ces perspectives prometteuses et parfois très originales dont certaines sont d'ores et déjà mises en oeuvre à travers le monde.

 

Agroécologie 

Cultivons la vie

Editeur : Sang de la Terre
Date de parution : 28 mai 2012

La vie est le maître mot de l’agroécologie ; l’homme la pratiquant se met au service de cette vie, vie de la terre, de la plante, de l’animal et de leurs relations, entre eux et avec l’homme. Cet ouvrage, coécrit par des experts praticiens, propose une autre approche de la vie et du vivant. 

Il s'adresse à TOUT PUBLIC. L’agriculteur y trouve matière à réflexion dans l’évolution de ses pratiques. Le jardinier ou l'éleveur amateur vient y chercher une autre compréhension de sa terre, de ses animaux, illustrée de quelques exemples techniques. C’est le premier pas de l’étudiant avant d’aller vers des travaux plus pointus. Le formateur y puise des éléments pour ses cours. Le simple curieux est content de se cultiver et de s’initier à une autre relation au monde vivant. 

Et, rêvons, l’homme politique découvre la logique de l'agroécologie et son efficience dans la situation de non retour du modèle agricole industriel. Par sa logique de respect de la vie, l'agroécologie offre des solutions locales et globales, pour l’homme et la planète.

Auteur(s)

Infirmière spécialisée en médecine tropicale, puis agroécologiste, collaboratrice de longue date de Pierre Rabhi, Hélène Hollard a introduit l’agroécologie dans l’enseignement agricole public pour adultes et réalisé de nombreux accompagnements sur le terrain, en France et à l’étranger. Aujourd’hui, elle donne des conférences et des cours, et accompagne des groupes et des particuliers vers des pratiques agroécologiques sur leurs terres, dans leurs jardins.
Salarié agricole puis agriculteur, Bénigne Joliet a été animateur d’actions de coopération internationale pour l’enseignement agricole et des associations. C’est là, face au désastre de l’érosion des sols sahéliens, qu’il prend conscience de l’urgence d’introduire l’écologie en agriculture. Avec Hélène Hollard, il s’est impliqué fortement dans le développement du compostage des sous-produits agricoles et forestiers. Il a été conseiller technique et formateur, pour différentes organisations professionnelles et techniques. Aujourd’hui, il dispense conseils et formations.
Vétérinaire, Marie-Christine Fave accompagne les éleveurs et les particuliers pour construire l’équilibre comportemental et la santé de leurs animaux de ferme et de compagnie, et clarifier la relation entre l’homme et les animaux. Son approche repose sur l’utilisation de méthodes rigoureuses d’investigations, et reconnues. Pour ce faire, elle a élargi sa formation fondamentale vétérinaire à des approches globales de la santé et du monde vivant.

 

 

 

 

Seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d'une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé “mondialisation”. Pierre Rabhi 

Pierre Rabhi a vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu'il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu'ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l'on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d'une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l'usine, l'homme s'aliéner au travail, à l'argent, invité à accepter une forme d'anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible. 

L'économie ? Ce n'est plus depuis longtemps qu'une pseudo-économie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l'humanité en déployant une vision à long terme, s'est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d'élever la prédation au rang de science. 
Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n'est plus qu'un gisement de ressources à exploiter - et à épuiser. Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s'est imposée à Pierre Rabhi une évidence : face à la société de surabondance sans joie et non sans misère matérielle dans laquelle les pays dits développés sont enlisés, “la sobriété heureuse” représente une alternative réaliste. Force de libération physique et morale, elle est un acte politique de légitime résistance à cette formidable machine à détruire la planète et à aliéner la personne humaine. Ainsi pourrons-nous remettre l'humain et la nature au cœur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

 

Auteur(s)

Agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l’agriculture biologique et l’initiateur de l’agro-écologie. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis,tout en préservant les patrimoines nourriciers. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d’Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations. Il est aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification. Il est le fondateur de Colibris – Mouvement pour la Terre et l’Humanisme. Il est l’auteur de nombreux ouvrages.

 

 

 

 

 



04/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres