APPA'S 86 Association Pour la Protection des Abeilles

APPA'S 86   Association   Pour   la   Protection   des   Abeilles

L'extinction des abeilles coûterait 2,9 milliards d'euros à la France

72,2% des espèces végétales cultivées pour l'alimentation humaine sont dépendantes de l'action des abeilles

 

VIDÉO - Selon une étude publiée par le ministère de l'Environnement, 5 à 8% de la production végétale mondiale destinée à l'alimentation dépendent de l'action des insectes pollinisateurs.

Les insectes pollinisateurs jouent un rôle crucial dans la production alimentaire: un grand nombre de cultures dépendent d'une manière ou d'une autre de la pollinisation animale. L'extinction des abeilles et des espèces butineuses pourrait ainsi coûter près de 2,9 milliards d'euros à la France, selon une étude publiée récemment par le ministère de l'Environnement, et révélée par Les Échos.

» Hôtel à insectes: où s'en procurer?

En France, 72,2% des espèces végétales cultivées pour l'alimentation humaine présentent une dépendance plus ou moins forte à l'action des insectes pollinisateurs. Ainsi, en 2010, ces derniers auraient contribué à hauteur de 8,6% de la valeur marchande de la production agricole destinée à l'alimentation humaine en France, soit 2,88 milliards d'euros: ce chiffre correspond à la valeur monétaire du «service de pollinisation» rendu par les abeilles et les autres espèces butineuses. Toutes les catégories de culture ne sont pas dépendantes de l'action des abeilles: les cultures d'épices, de racines et de tubercules ne seraient quasiment pas touchées par la disparition des abeilles. Mais il en va tout autrement pour les fruits, les légumes et les oléagineux (colza, tournesol, noix, amandes...), pour lesquels l'extinction des espèces butineuses serait une catastrophe. En 2010, la valeur du «service écosystémique» rendu par les abeilles s'élevait à 1,7 milliard d'euros pour les fruits, 657 millions d'euros pour les oléagineux et 486 millions d'euros pour les légumes, selon l'étude.

Un coût de 150 milliards d'euros au niveau mondial

De fortes disparités ont été relevées entre les différents départements français, notamment entre les départements du Sud et du Nord: la valeur monétaire du service de pollinisation s'élève ainsi à 222 millions d'euros dans le Lot-et-Garonne, contre 100.000 euros dans le Cantal. Sans surprise, le Sud de la France serait davantage touché par l'extinction des espèces butineuses: la valeur de la pollinisation dépasse 20% de la valeur totale de la production agricole dans près de 10 départements du sud de la France. Les Hautes-Alpes sont très particulièrement exposées, puisque l'action des abeilles y représente 54,4% de la valeur totale de la production agricole. Les régions majoritairement viticoles ou céréalières seraient moins sensibles à ces enjeux, à l'instar du Pas-de-Calais et de la Gironde dont l'indice de vulnérabilité ne dépasse par les 2%.

» Les abeilles françaises ont plus butiné en 2015

La France ne serait pas le seul pays à souffrir les conséquences économiques de la disparition des abeilles. Près de 84% des espèces cultivées en Europe dépendraient directement des insectes pollinisateurs. Selon la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, 5 à 8% de la production agricole mondiale de 2016, représentant une valeur marchande annuelle de 235 à 577 milliards de dollars, est directement attribuable à la pollinisation. La fin des abeilles coûterait donc 150 milliards d'euros au niveau mondial, soit près de 10% de la valeur marchande des produits alimentaires destinés à la consommation humaine: la production de café et de cacao chuterait de 39%, celle de fruits à coques de 31%. Des conséquence économiques importantes qui «montrent la nécessité de l'action politique en faveur de la protection des insectes pollinisateurs», selon l'étude.

 



23/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres